Notre parrain, David Krüger

Notre parrain, David Krüger

Comédien et chanteur, David est un amoureux de la vie et des gens.

Une personne quelque peu anticonformiste, qui ne loupe jamais une occasion de s’engager avec passion dans tout ce qui le touche (et qu’il touche, du coup).

Depuis 1987, en tant que comédien, il exerce principalement dans la branche du doublage (VF de films, séries, téléfilms), mais on le retrouve aussi sur les planches ou devant la caméra.

Sa voix, pour peu que l’on regarde les VF, parle à beaucoup d’entre nous.

Il l’a prêtée à Toby Kebell dans « La Planète des Singes », à Dwayne « The Rock » Johnson dans « Fast and Furious », « Hercule », « Alerte à Malibu », « Jumandji », « No Pain No Gain », et dernièrement « Skyscraper ».  Il a aussi chanté la chanson du pirate dans « Raiponce », et joué Gamma dans « Là-haut », et même Mr Chonchon dans « Capitaine Superslip », Il est le dentiste dans la série des « Very Bad Trip », et a doublé Chris Pratt dans les séries de films « Jurassic World » et « Les Gardiens de la Galaxie », mais aussi dans « Passengers », « Avengers Infinity War »,….

Passionné d’image, il est aussi photographe, et se lance aussi dans la réalisation, en partenariat avec son fils Adam, producteur (OGMA production), chef-opérateur, caméraman et monteur.

Comme il aime à le dire, en citant Paul Eluard : « il n’y a pas de hasard, il n’y a que des Rdv ».

C’est donc un beau Rdv de vie lorsqu’il croise le chemin de Mélanie Péron en 2017. Depuis lors, David fait tout ce qu’il peut pour soutenir l’essor de son projet de casque VR.

Il lance d’ailleurs un projet d’aide à BLISS, mais aussi à ACSED (Association Contre la Souffrance des Enfants Douloureux, dont il est aussi le parrain), par le biais d’une aventure photographique « i - La Lumière des Âmes / StarLights », dont le concept est de réunir des images d’yeux de gens connus (vedettes de tous genres, écrivains, politiques, etc.), de les exposer, et de reverser le fruit des éventuelles ventes à l’association ACSED et à BLISS, afin de développer encore plus l’action des deux entités auprès des souffrants.

Pourquoi cet engagement ?

En tant que parrain, j’essaye, avec les moyens qui sont les miens, de mettre en lumière tout ce que Mélanie et l’Effet Papillon font pour les enfants qui, malheureusement, vivent au quotidien avec la douleur. Il m’est insupportable d’imaginer qu’à notre époque, au 21ème siècle, on ne puisse pas bannir la souffrance des gens définitivement. D’autant plus s’il s’agit d’enfants.

La raison de mon engagement est donc avant tout celle là : participer à l’éradication de la souffrance dans le monde. Vaste programme, j’en ai bien conscience. Mais je suis persuadé que sur le plan purement médical, BLISS est un moyen moderne et hyper efficace pour aider à ce combat. J’ajoute que l’idée de remplacer quasi totalement la médication outrancière que l’on impose aux gens me plaît beaucoup, sans compter que ça donne une p’tite claque aux lobbies pharma qui, il faut bien l’avouer, se moquent bien de notre santé pourvu qu’ils fournissent leurs produits chimiques.

J’aime aussi à penser que non seulement ce système sera dispo dans tous les hôpitaux du monde, mais aussi que l’on pourra le trouver en pharmacie comme remède antidouleur - tout comme, je l’espère aussi, un jour, la marijuana médicale sera disponible.

Quant à l’idée de faire des photos sur le regard des gens – et en l’occurrence de personnes connues –, elle m’est venue naturellement après que j’ai déjà fait plus de 1000 images d’yeux, en trois ans, à travers toute la France. Cette nouvelle aventure humaine et photographique avec des gens célèbres, que j’ai nommé « StarLights » n’en ai qu’à son tout début, je recherche d’ailleurs les personnalités qui accepteraient de poser.

Mais j’ai confiance, car la finalité est belle. Et s’il devait me rester qu’une seule croyance, elle serait justement en la beauté des choses, de nos réalisations, de nos buts, de nos espoirs. Et BLISS est un des plus beaux espoirs de ce début de siècle.

Mélanie Péron, c’est une rencontre déterminante, non ?

Je trouve le courage et la force de Mélanie absolument dingues. Et la façon dont elle mène son combat, la ténacité qui est la sienne, totalement fabuleux.

Savoir qu’elle a pu transcender une épreuve de souffrance comme celle de la perte d’un être aimé, pour en faire une solution qui apaise, qui réconforte, qui anéantit la douleur des autres, je trouve ça vraiment merveilleux.

Et puis c’est un amour, une personne exceptionnelle par son humanité. C’est ma « beautiful » à moi, comme je l’appelle : ma belle du cœur. Elle est un être assez rare ; on ne peut donc pas faire autrement que la suivre, la soutenir, pour qu’elle réussisse à mettre BLISS à portée de tous ceux qui en ont besoin.

Vous savez, des personnes qui soient dans une telle humanité, c’est ce que je recherche dans ma vie. C’est vrai pour ma famille, c’est vrai pour mes amis et pour toutes mes relations. Je recherche l’essentiel et le cœur chez tous mes proches, et tous ceux que je rencontre. J’ai trouvé cet essentiel et ce cœur chez Mélanie.

Je ne sais pas si vous avez remarquer, mais on utilise souvent le verbe « tomber » quand on change d’état : tomber amoureux, tomber sur la tête, tomber raide dingue, tomber de sa chaise, tomber du lit, tomber des nues, etc. Et bien moi, je suis tombé en amitié de cette belle femme de cœur et de son beau projet. Et l’état dans lequel cette chute m’a mise est un bouleversement de vie comme il en arrive peu souvent, et qui justifie l’engagement que je prends, et l’envie d’être le plus présent possible dans les manifestations, les événements, et d’apporter ma pierre à ce magnifique édifice humain, bienveillant et solidaire, avec les outils qui sont les miens.

Combattre la douleur, c’est donc le sens profond de votre engagement ?

Oui, totalement, j’en ai parlé tout à l’heure. Et que l’on utilise la réalité virtuelle, que l’on fasse appel à la capacité d’émerveillement, d’émotion positive pour anéantir cette douleur, tout en délaissant, je le répète, une médication chimique et donc au final mauvaise pour le corps, c’est vraiment une merveilleuse idée. Car à la différence des produits chimiques qui peuvent aussi soulager, BLISS n’a aucun effet secondaire sur le corps. Aucun. C’est ce qui en fait une révolution médicale planétaire.

Tout ce qui est hors médical m’intéresse vachement, c’est une forme de retour à des choses essentielles, une forme de retour à soi. Je le sais d’autant mieux que mon épouse est naturopathe, et qu’elle guérit les maux des gens par les plantes, les huiles essentielles, les massages bien-être, les ondes du corps, et une nourriture saine et équilibrée, pour revenir à la nature des choses, à la nature de nos corps, à nous-mêmes. BLISS permet ce retour, cette introspection, ce calme avec soi-même.

Etre au mieux avec soi, c’est l’assurance d’être au mieux avec les autres. J’ai la certitude que BLISS permet de créer ce lien entre soi et soi, et donc soi et les autres.

BLISS, c’est le lien au bien-être, le lien à la vie, le lien à soi et donc au monde.